La place de l’âne dans le patrimoine culturel britannique

Originaire d’Afrique l’âne s’est acclimaté dans de nombreux pays, y compris en France et dans les Iles britanniques.

 

En Grande Bretagne

 

La fidélité voire l’obstination des ânes mais aussi le fait qu’ils sont souvent perçus comme des opprimés explique sans doute l’attachement des Britanniques pour ces animaux.

 

Dans la comédie de Shakespeare “ Le Songe d’une nuit d’été” le personnage de Bottom porte une tête d’âne.

 

Robert Louis Stevenson, l’auteur de “L’île au trésor”  fait le récit d’une randonnée intitulé « Voyage avec un âne dans les Cévennes » 

“ Le Songe d’une nuit d’été”

Petit Cheval 
(Donkey Engine)

Grosse Veste
(Donkey Jacket)

Dans la littérature enfantine, Alan Alexander Milne, auteur de « Winnie l’ourson » a créé parmi les fidèles amis du petit ours jaune, Bourriquet, un âne bleu mélancolique et pessimiste.

 

La représentation de la Nativité, un classique des écoles primaires britanniques, met  parfois en scène un âne. Il existe aussi un chant de noël très connu dont le titre est « le petit âne porte Marie ».

 

Pour beaucoup d’enfants britanniques, cependant, la première rencontre avec cet animal  se faisait en bord de mer. Les promenades à dos d’âne, tout comme la barbe à papa et les bâtons de sucre (voir illustration) étaient des incontournables d’un séjour typique en bord de mer jusqu’au milieu du XXe siècle. Cette tradition remontait à l’époque victorienne. La reine Victoria elle-même, quand elle était enfant, avait chevauché un âne le long de la plage de Braodstairs dans le Kent.

Photo de l’un des auteurs lors d’une promenade à dos d’âne en bord de mer 

les bâtons de sucre

Pour savoir plus sur la protection des ânes